Retour à la normale aujourd'hui. Des trains qui roulent, des téléphones qui sonnent, des imprévus qui tombent et des patrons qui gueulent... Bienvenue dans le monde merveilleux des assurances ! Dans ces moments-là, enfin disons quand il y a encore assez de temps pour envisager une vraie pause déjeuner, j'enclenche le mode veille, je respire un grand coup et je lance : "Qui a envie de se faire un Japonais" ?

japonais

Il faut dire qu'on en a découvert un qui mérite vraiment le détour. Je ne suis pas expert en poisson cru, n'ayant vraiment découvert cette cuisine qu'il y a quatre ans, mais plus le temps passe, plus je sais faire la différence entre le bof et le moins bof, le bien et le top. Et le Nagoya, c'est du super top. Je ne vous ferai pas l'article sur la multitude de combinaisons qu'il est possible d'associer (chacun trouvera son bonheur parmi les variétés de makis, sushis, grillades et brochettes - rien que du traditionnel). Ce qui fait la différence, outre la finesse et la fraîcheur des plats, c'est le cadre très "design", alliant tradition et modernité sans esbroufe inutile, le service à la fois rapide et discret, et surtout la déco des assiettes. On évite ainsi les sempiternelles barques et les planches à découper, au profit de dessins originaux - des morceaux de daurade en forme de fleur par exemple.

"OK, mais alors l'addition, c'est le coup de massue ?"... Bah non. Même pas. Les prix très contenus viennent agrémenter le plaisir. Comptez environ 20 à 25 euros pour un menu complet, boisson comprise. Et quand je dis complet, les quantités proposées sont telles qu'on se passe volontiers de dessert. Bref, un restaurant à recommander et à essayer.

Nagoya, 58 boulevard du Montparnasse, 75015 Paris. Mention spéciale pour le menu "Ume" à 19 euros.