"Ce soir, c'est galette complète et Desperate Housewives, ça te va" ? Je ne sais pas pour vous, mais moi, quand le programme est ainsi annoncé, j'ai instantanément la certitude que la soirée sera belle. Aurélie n'a pas son pareil pour me rappeler ses origines limite-bretonnes, et ses crêpes sont encore plus savoureuses lorsque se profile, à la suite, un épisode de notre série préférée. Oui. Vous avez bien lu. Série préférée. Et vous avez raison de faire la moue, sur ce coup-là, on ne joue pas dans l'original. J'ai même hésité avant d'entreprendre la rédaction de cet article tant le "phénomène DH" a déjà été traité dans tous les sens, sur le net et ailleurs. On ne compte plus le nombre de sites, de blogs, de forums plus ou moins officiels où se retrouvent les millions de fans de tous pays. Eh bien oui, nous aussi, ils nous ont eus. Contaminés. Addictés. Parce que, quand même, elle est vachement bien foutue cette série...

desperate_housewives

Soyez honnêtes. Vous en connaissez beaucoup, des productions américaines qui savent à la fois être drôles, émouvantes, pas donneuses de leçons mais au contraire subversives ? Moi pas. "Desperate Housewives" a réellement inventé un concept de série télé pour les 7 à 77 ans. Un truc éducatif, empreint d'une grande finesse et qui réussit à interpeller l'ensemble de son public sur la psychologie humaine comme à pointer du doigt les aberrations de l'Amérique bien-pensante.

Mais ce qu'il y a de plus formidable encore dans cette petite merveille, c'est que les personnages, c'est nous. Qu'on soit homme ou femme, il y a chez chacun, chez chacune, une partie de notre propre vie. Ni méchant, ni gentil dans "Desperate Housewives". Tout le monde a un côté pile et un côté face, une âme de bon samaritain à laquelle s'oppose une inquiétante part d'ombre. Franchement, je tire mon chapeau aux scénaristes pour avoir réussi le tour de force d'installer, puis de maintenir au bout de 3 saisons et demi, une telle consistance !

C'est tout de même fou de penser qu'en si peu de temps, Susan, Lynette, Gabrielle, Edie et Bree sont devenues nos meilleures amies, qu'elles ont agrandi nos familles. On parle d'elles dans les dîners en ville, au boulot, dans les transports en commun. Elles sont là tout le temps. Et c'est à celui qui en saura le plus sur l'évolution de leur histoire. Tous les téléchargements sont bons à prendre pour être au même niveau que la diffusion aux Etats-Unis ! Et là encore, honte sur moi, j'avoue, c'est ma faute, ma très grande faute... Ce soir, c'est un épisode pirate que nous allons regarder avec délectation. En attendant, elle est prête ma galette ?