C'est sous une pluie battante (ça commence à devenir une habitude) que s'est opéré le retour au bercail de notre petite MG B ce matin. Contacteur de feux stops et câble de compteur changés, klaxon tonitruant, démarrage à froid sans faille grâce à un bon dégrippage du starter... Mon garagiste a fait du bon boulot en plus de la vidange et des réglages de carbus. Effet placebo ou pas, j'ai même eu la sensation que le moteur, lui aussi, avait retrouvé des accents toniques. Un bruit bien rauque, un bruit du terroir, celui-là même dont je m'étais délecté il y a un an, quand nous l'avions ramenée de Lille sous les hallebardes.

Passage par la station service car la jauge était à zéro. Et là, coup de théâtre. Impossible de redémarrer. Plus de jus. Le bis repetita de la Toussaint. Mais bizarrement, pas de coup de gueule ni de panique. On recule la voiture pour laisser le champ libre aux ravitailleurs pressés, on démonte la plaque de masquage de la batterie, on tripatouille les contacts et hop, le vroum-vroum revient illico. OK, petite B, on a vu que tu pouvais jouer ta capricieuse, mais il en faudra davantage pour nous faire lâcher prise !

sous_la_pluie

La pluie redouble ? Qu'à cela ne tienne, les essuie-glace sont là pour ça. Tiens, c'est étrange, ils ont plus de pêche qu'avant. Plus rapides et plus volontaires. Sans doute le fusible de 10 ampères leur donne-t-il un meilleur rendement... La ventilation, en revanche, ce n'est toujours pas ça. Impossible de désembuer le pare-brise. Allez, on se le fait à l'ancienne, avec un chiffon sec ! Et nous voilà au parking, mouillés mais heureux. La MG va pouvoir se reposer,  pourquoi pas tailler une bavette avec Mégane, faire connaissance... Et moi, pendant ce temps-là, je pourrai siffloter et même chanter sous la pluie, heureux de posséder deux autos. Une pour me rassurer, l'autre pour me surprendre.

En attendant, c'est quand même la plus jeune, celle qui rassure, qui nous emmènera ce soir à Nantes pour un dîner entre amis. Créer les conditions de la difficulté a des limites !