Je savais bien qu'il y avait un truc qui finirait par clocher. Créer un blog sur les réjouissances du quotidien, c'était une idée intéressante en soi. Seulement voilà, la vie, parfois, c'est plutôt la roue de l'infortune. Et depuis hier matin, on est en plein dedans. Alors pour trouver du plaisir dans ce qui m'arrive, il faut s'y prendre de bonne heure.

lumbago

Comment vous dire ? Je suis une loque. Plus exactement un boulet, pour reprendre l'expression que j'utilise à chaque fois qu'Aurélie doit s'occuper de moi comme d'un papy de 95 ans. Me soutenir pour quitter le lit, se baisser à ma place pour ramasser tout ce qui se trouve à moins d'un mètre du sol, enfiler mes chaussettes ou faire mes lacets. Pas plus mobile qu'un paraplégique, je fais tout au ralenti, en me tordant dans tous les sens pour éviter la douleur. La raison de tout cela ? Mon ennemi intime le lumbago, que je croyais pourtant avoir terrassé en fin de semaine dernière, s'est violemment rappelé à mon bon souvenir dès la sonnerie du réveil, à la faveur d'un mouvement anodin qui m'a propulsé en deux millisecondes au rang de vieillard, incapable de se tenir debout, jambes tendues et torse bombé.

Qu'on ne croie pas que je veux me faire plaindre, je ne récolte que ce que j'ai semé depuis de longs mois. Du stress, de la fatigue, des kilomètres en voiture, un refus catégorique de faire du sport et - surtout - une fâcheuse tendance à m'alimenter n'importe comment dès que mon Croco avait le dos tourné. Ce qui a eu pour effet de déplacer mon centre de gravité côté bedaine. Résultat, à force de mal me tenir, j'ai fini par ne plus me tenir du tout. Et me voilà avec un nouvel arrêt de travail de 5 jours, bon pour une razzia d'anti-inflammatoires et de décontractants musculaires à la pharmacie du coin et la perspective d'apprendre par coeur les fissures du plafond de la chambre jusqu'à dimanche prochain.

Pourtant, du plaisir, il m'en reste. Celui de me savoir dorlotté, de pouvoir suivre les évolutions du CAC 40 en direct, de passer des coups de fil à mes potes et de rattraper mes retards de lecture. Je sais, j'abuse aux frais de la princesse Sécu mais tant pis, c'est comme ça. Pas envie de passer Noël sous la couette. Espérons tout de même que d'ici quelques jours, il ne me faudra plus 10 minutes pour passer de la position allongée à celle du bipède en marche. Pour que ce blog retrouve sa fonction initiale. Celle de vous raconter que tout va bien dans le meilleur des mondes...