A toute chose malheur est bon. C'est ce qu'on dit, en tout cas. Eh bien on a probalement raison. Je viens d'en faire l'expérience avec ma chère MG B. Cette pauvre petite voiture sans défense qui, voilà quelques jours, avait été "visitée" par un rigolo désireux de s'offrir un rodéo nocturne, mais qui s'était bravement défendue, refusant d'accompagner l'intrus. Un fil arraché, abandonné sur le siège, les autres pendouillant sous le tableau de bord, contrainte à un pesant silence sur sa place de parking... Ah, elle faisait peine à voir, la petite. Mais elle se sentait sûrement soulagée qu'on n'ait pas lacéré, par exaspération ou bête esprit de revanche, sa belle robe de rageurs coups de canif. Je l'étais tout autant - soulagé - même si le coup au moral n'avait rien de subliminal.

PICT0002  PICT0009  PICT0011

En bon néophyte, j'avais choisi de ne toucher à rien avant de faire constater l'étendue des dégâts par un spécialiste. Mon garagiste désormais attitré avait promis de passer ce soir. Ce qu'il a fait. Et a rebranché illico les câbles aux endroits qu'ils n'auraient jamais dû quitter. Ah bon ? Vraiment, tout fonctionne ? Même pas un fusible de claqué ? Non, même pas. La convalescente ronronnait, volontaire, pleine de reconnaissance à cet homme de l'art armé de sa lampe de poche. Mais ce dernier a fini  par esquisser une grimace : "Ouh là, y a des vapeurs d'essence, ça ne me dit rien de bon. Vous pouvez ouvrir le capot ?"

Le nez dedans, l'alerte fut confirmée. "Ah oui, là, une fuite d'essence sur la durit. Vous voyez, ça pisse de partout". Tu m'étonnes ! Juste sur l'échappement. Un endroit à peine chaud... On coupe le contact, le liquide ne s'échappe plus. Bon. Il faudra revenir avec le matériel nécessaire, ça ne prendra pas longtemps et les frais seront limités. Tout est  bien qui finit bien, alors ?

Oui, sauf que si un petit malin n'avait pas essayé de me piquer ma voiture, je n'aurais sûrement pas prêté attention aux odeurs persistantes d'essence, donc pas ouvert le capot, donc pas décelé la moindre fuite. Et qui sait si, en pleine balade, un incendie n'aurait pas pris naissance dans le compartiment moteur ? Bouh, rien que d'y penser, je frissonne. Par deux fois, je viens d'éviter le pire. Note pour plus tard : penser à dire merci à mon ange gardien. N'empêche que j'aimerais bien être tranquille, à présent. Ne plus avoir l'angoisse du vol quand je suis loin de la voiture, ni celle de la panne quand je suis au volant...