C'est la première fois je crois, depuis la création de ce blog, que je poste un message depuis un cybercafé. Celui qui m'accueille aujourd'hui est à deux pas de la place Kleber à Strasbourg, où j'ai posé ma valise cette semaine pour animer une formation. Infidélité au TGV Atlantique, ce séjour est un réel plaisir car j'ai toujours eu des affinités avec l'Alsace. Je me devais donc de profiter de l'occasion pour glisser ici un petit témoignage. Une belle photo de la cathédrale ? Une ode au tramway ? En arrivant lundi soir, je ne savais pas vraiment de quoi j'allais parler, le hasard de mes balades en déciderait. Je n'imaginais pas, en tout cas, que ma chronique n'aurait rien à voir avec la beauté de la ville mais serait à dominante culinaire.

ratatouille

Non non, il ne sera pas question non plus de choucroute, de bäckehof ou de flammeküche. Rien de régional (je me réserve ça pour ce soir ou demain). Le restaurant dont je veux vous parler propose une cuisine parfaitement traditionnelle et lorsqu'on y pénètre, on est à cent lieues de se douter de la bonne surprise qui nous attend. Il faut dire que le contexte n'est pas propice. Imaginez une zone d'activités où fleurissent un peu partout des immeubles de bureaux froids à peine éclairés.  Rien de laid, juste du mort. Il est 20 heures, vous êtes claqué par une journée trop bien remplie... Une seule envie : poser votre sac, vous rafraîchir et dîner rapidement. "Le K", restaurant attitré de l'hôtel, est tout désigné pour cela.

Vous poussez la porte et découvrez une salle chaleureuse, lumière tamisée devant les grandes baies vitrées qui dévoilent une nuit presque rassurante. D'originales petites bougies ornent les tables. La déco est minimaliste mais de très bon ton, tables en wenge, chaises à dossiers hauts, revêtues d'un cuir souple et très confortable. Une serveuse élégante apporte la carte sur fond de musique du monde. Cela fait 30 secondes que vous êtes assis et déjà le sentiment que vous allez passer un excellent moment s'installe.

Suggestion du soir. Choix facile. Le saumon mariné et sa pomme de terre tiède nappée d'une fine couche de crème parfaitement aromatisée ouvrent le bal sur une ardoise accueillante. Un filet de canette d'une extrême tendreté accompagné de frites  sans le moindre excès de graisse placent la barre encore plus haut. Je suis d''autant plus conquis que le vin rosé servi dans son élégante carafe fait mieux que se défendre ! Que donnera le café gourmand ? Il est tout simplement exquis. Sa crème brulée (et même flambée) à la pistache dispute la victoire à une mousse au chocolat à tomber... Vraiment, quelle belle surprise que ce "K" !

Le lendemain, alors que j'avais prévu d'aller dénicher une bonne table en ville, une tempête de neige m'incite à laisser la voiture au parking. Pourquoi ne pas retenter l'aventure et soumettre les autres propositions du chef à mon palais ? Je ne suis pas déçu, loin de là. La salade de crottins de chèvre chaud arrosée au miel d'acacia mérite largement qu'on s'y attarde. Le pavé de saumon grillé s'accompagne d'un assortiment inattendu de haricots blancs légèrement saupoudrés de jus de citron. Quant à la déclinaison de glaces et sorbets - mandarine, passion et vanille - elle est mise en valeur par de savoureux coulis présentés dans des mini-éprouvettes. Libre arbitre et bonheur complet pour l'alchimiste. C'est du top niveau pour une addition à moins de 30 euros, vin et café compris. On en regretterait presque de pouvoir dîner ailleurs !

"Le K" (Hôtel Kyriad), 2 avenue de l'Europe, 67300 Schiltigheim. Menu du soir (entrée-plat-dessert) à 22,50 euros.