A la lecture de ce titre, certains d'entre vous ont sans doute imaginé que j'allais, comme beaucoup de monde en ce moment sur la blogosphère, raconter tout le bien que je pense de "Bienvenue chez les ch'tis". Eh bien non, ce sera pour une autre fois car je fais partie de ceux qui, tout en étant persuadés que les excellentes critiques et le succès du film sont totalement mérités, ne sont pas plus attirés que ça par la perspective d'une longue file d'attente et d'une salle pleine à craquer. Laissons le raz-de-marée faire son office, il sera bien assez temps de se rattraper dans quelques semaines. Pendant qu'un certain petit bout et sa maman seront encore consignés à la maternité, par exemple...

En attendant, d'autres films sont à l'affiche et ont retenu notre attention. La semaine dernière, nous avons découvert le "Paris" de Cédric Klapisch et aujourd'hui ce fut au tour de "L'heure d'été" d'Olivier Assayas. A vrai dire, ni l'un ni l'autre ne nous a enthousiasmés, l'objet de ce post ne sera donc pas d'en faire l'éloge. Mon coup de coeur s'adresse non pas au contenu, mais au contenant. Nous avons en effet la chance, à Tours, de disposer d'un cinéma qui, en tous points, correspond à l'idée que nous nous faisons du 7ème art. Géré par une association créée il y a 40 ans et animée désormais - entre autres - par 60 bénévoles, ce cinéma de quartier s'est donné pour but de proposer à un large public un cinéma de qualité. Et il le fait très bien !

studio

Par sa programmation, tout d'abord. Les blockbusters américains y sont délaissés au profit d'oeuvres de tous horizons (toujours en V.O.), mais sans pour autant verser dans l'élitisme intello. Second point fort : la bande son et la pellicule, que j'ai trouvées souvent bien meilleures que celles des grands complexes pourtant prompts à vanter leurs Dolby Surround et autres THX. Ajoutons-y des séances qui démarrent tout de suite, sans passer par la case "pubs à rallonge et bandes-annonces criardes", un public qui se tait pendant le film et ne se lève pas dès la première ligne du générique... Les motifs de satisfaction sont vraiment nombreux, y compris du côté du porte-monnaie. La séance est en effet proposée à 7 euros (et même 4,50 euros pour les abonnés, lesquels sont récompensés de leur fidélité par les nombreuses avant-premières ou rencontres avec les réalisateurs qui viennent présenter leurs films).

Au final, que le film nous ait plu ou pas, peu importe. On dit merci. Merci aux exploitants de ces 7 salles (toutes classées "art et essai") d'être là, à dix minutes à pied de notre appartement. De prendre des risques, d'oser des choix décalés, de nous donner du cinéma comme avant, quand UGC, Gaumont et autres n'avaient pas encore dicté leur loi en repoussant les salles à l'extérieur de la ville pour y accueillir les adorateurs de Spiderman.

Studio cinémas, 2 rue des Ursulines, 37000 Tours.