Il va falloir que je commence à faire attention en choisissant les sujets de mes articles. Faute de quoi mes lecteurs vont s'imaginer des choses. Que je suis devenu un téléphage de la pire espèce. Ou pire encore, que ce blog n'est qu'une vitrine derrière laquelle se cachent les dirigeants de M6, qui me rétribuent grassement pour faire la promo de leurs programmes. Nenni ! Ma consommation de petit écran n'a rien de déraisonnable par rapport aux gens qui m'entourent, et encore moins si on la compare à l'époque où j'étais étudiant. Quant à la sixième chaîne, elle ne sait même pas que j'existe. Si je suis à ce point centré sur ses grilles en ce moment, c'est le fruit du hasard (et peut-être de la piètre qualité de ce que proposent les concurrents aux mêmes heures, mais ceci est une autre histoire).

nouvelle_star

Quoi qu'il en soit, je ne bouderai pas mon plaisir pour vous parler ce soir de "La nouvelle star", dont un nouvel opus nous sera proposé dans moins d'une heure. Et nous délivrera enfin d'un pesant suspense entretenu depuis la semaine dernière : Céline, la petite brunette cannoise et Charlotte-la-rigolote avec son béret rouge, seront-elles éliminées de la compétition ou rejoindront-elles les 72 sélectionnés pour l'ultime audition avant les directs à Baltard ? Amandine, qui a scotché le jury en réinventant Bob Dylan, Benjamin le beau ténébreux et son interprétation originale de "Just the two of us" garderont-ils leur incroyable pouvoir de séduction ?

Eh oui, comme vous le voyez, je les connais (presque) tous et je crève d'envie de savoir ce qu'ils vont devenir. S'ils tordront le cou à leur stress, s'ils s'en sortiront avec une chanson imposée... Et j'ai hâte de me marrer devant les analyses assassines de Sinclair et Philippe Manoeuvre, les envolées lyriques de Dédé Manoukian, les changements d'avis de Lio. Ce jury m'épate vraiment par sa capacité à décortiquer une interprétation, et à trouver les mots pour justifier ses prises de position. Marianne James et Manu Katché, irremplaçables ? Laisse tomber...

Non, aucune honte à l'avouer, je suis client. A fond, au taquet. "La nouvelle star", c'est peut-être un concept dont le premier objectif est de faire du fric et de l'audience, mais ça me parle, à moi qui me targue d'avoir une certaine sensibilité musicale. Parce que ça sonne juste, parce qu'il y a des sentiments autour et surtout dedans. Parce que personne n'est là pour formater un artiste, mais au contraire pour tirer de lui ce qu'il a de meilleur. On ne fabrique pas, on révèle. Messieurs de la StarAc, passez votre chemin. Ici on a de la personnalité sans passer entre les mains de Raphaëlle Ricci, barricadé dans un château au milieu de tentures mauves...

Ah, bien sûr, "La nouvelle star" c'est aussi Cindy Sander et autres pauvres hères (opportunément appelés "les inoubliables") dont la lucidité sur leur manque de talent n'a d'égale que la connerie de ceux qui les poussent à insister dans cette voie. Mais punaise, cette année, qu'est-ce que c'est bon ! Et encore, on n'a pas vu ce dont ils sont capables avec des musiciens de studio et les arrangements géniaux d'Olivier Schultheis à Baltard...

Alors, qui succèdera à Julien Doré et Christophe Willem ? On a tous une petite idée des personnalités fortes qui sont en train de se dégager du casting de cette année. On pourrait citer des noms, parier sur d'autres. J'aurais envie de dire "peu importe". Ceux qui resteront ce soir mériteront tous, sans exception, les applaudissements que nous leur enverrons du fond de notre canapé.