J'ai ouvert ce blog avec lui. C'était il y a six mois. A cette époque je ne savais pas encore qu'il préparait un nouvel album et que j'aurais l'occasion de lui rendre hommage une seconde fois. Mais Maxime Le Forestier a encore frappé. Et comme d'habitude, sa nouvelle contribution à la variété française, 8 ans après la précédente en studio, mérite qu'on fasse plus que s'y attarder. "Restons amants" est dans les bacs depuis lundi dernier et l'oreille critique du fan que je suis ne parvient pas à le prendre en défaut. Comme toujours, c'est musicalement inspiré, les arrangements sont somptueux et les textes valent leur pesant de cacahuètes. Maxime n'est évidemment plus le chanteur engagé de ses débuts mais sa vision du monde est toujours aussi intelligente, pleine de bon sens... En deux mots, pure et simple.

restons_amants

Il est vrai en revanche qu'on l'a connu plus original, le Max, tant dans les mélodies que dans les orchestrations. Mais quand on n'a plus rien à prouver à personne, que reste-t-il à tenter sinon de se faire plaisir ? Et il est évident qu'il en a eu, du plaisir, en faisant appel à M, Julien Clerc, Michel Amsellem, Alain Lanty pour composer ou jouer ses nouvelles chansons. Ou à Emmanuelle Béart pour le seul duo de l'album, "l'Hymne à la soie" qui a lui seul force le respect.

Il m'est arrivé d'être déçu par la première écoute de certains disques de Maxime Le Forestier. Peut-être parce que je les attendais avec trop d'impatience. Ou d'esprit critique. Rien de tout cela, cette fois. L'enchaînement des 4 premiers titres m'a carrément bluffé. Tout comme cette capacité qu'ont les grands artistes à savoir se renouveler sans cesse, à vivre avec leur temps, à faire les bons choix. Maxime, indéniablement, n'a pas perdu ce talent-là.

Je vais sûrement écouter en boucle "L'ère étrange", "Grain d'sel", "Tuer le temps", "Sur deux tons" ou encore "Empreintes", mes titres préférés, pendant un certain temps. Jusqu'au concert, au minimum. Oui, au Casino de Paris. Les places sont réservées, c'est pour le 15 novembre. Une bonne occasion de célébrer Maxime une troisième fois ? Quand on aime, on ne compte pas.

Maxime Le Forestier, "Restons amants", sorti le 19 mai chez Polydor-Universal.