Quand on est passionné de sport automobile, avouer qu'on n'a jamais mis les pieds au Mans relève du suicidaire. Quoi ? Jamais assisté aux "24 heures", jamais foulé du pied ce circuit mythique où se sont illustrés les plus grands ? Bah non. Jamais. Désolé, pas fait exprès, mais c'est comme ça. Enfin, c'était comme ça.

Jusqu'à ce matin j'étais - je l'avoue sans honte - un parfait néophyte, un bleu. Mais cette tache dans mon CV est désormais nettoyée car ça y est, nous y sommes, j'ai fait la connaissance avec ce temple du cheval vapeur, ce Panthéon de la vitesse qui fait rêver toutes les générations depuis... des générations. Et ce qui me plaît dans tout ça, c'est que ma découverte, je l'ai faite en MG. Avec toute une collection d'amateurs venus d'un peu partout en France, animés par la même passion que la mienne. Et parmi eux, mes potes du Forum MG Contact, que je n'avais pour la plupart jamais vus, ou si peu, mais avec lesquels j'entretiens une correspondance aussi assidue que précieuse. Ce sont eux qui ont su me conseiller avant l'achat, me réconforter après ma première panne, me donner les meilleurs adresses pour les virées. Ah, que ça fait plaisir de déboucher une bouteille et de la partager de cette façon, à la santé des belles mécaniques !

PICT0014 PICT0059 PICT0027
PICT0017 PICT0039 PICT0032
PICT0018 PICT0019 PICT0066

Et Dieu sait qu'il y en avait à se mettre sous la dent, côté belles mécaniques. Belles carrosseries aussi. Au-delà des bolides de compétition pure, aussi monstrueux les uns que les autres, et des animations organisées pour petits et grands (la parade de gamins dans des mini-répliques était un feu d'artifice à elle toute seule), pas un seul parking, pas une seule pelouse n'était libre. Tous les clubs, mono ou multimarques, avaient envoyé leurs meilleurs représentants, et notamment les Anglais. Largement majoritaires dans les allées avec des exemplaires rares, bichonnés et parfaitement mis en valeur, ils n'en finissent plus de témoigner que leur Nation est celle qui voue à la voiture ancienne le culte le plus abouti. Et probablement le plus sincère.

Je reviendrai au Mans, c'est une certitude. En MG, en Volvo Amazon (oui, c'est elle la remplaçante que nous lui avons finalement désignée), ou même en simple piéton. Car la magie, elle, sera toujours là. Et les copains aussi.